vendredi 19 juillet 2013

Le hashtag ou signe dièse #

Je n'ai jamais vraiment compris à quoi servait le hashtag dans les différents réseaux sociaux. Alors partons sur la découverte de ce petit signe (à l'origine utilisé en programmation IRC) sur les différents réseaux sociaux.

Instagram

Sur Instagram les ados ont parfaitement compris les subtilités de ce signe. Sur ses images, on trouve  des mots clés, tous précédés du fameux hashtag.


Et quand je cherche #pieddansleau, je peux retrouver toutes les images dans Instagram ayant été taggées avec #pieddansleau, soit une centaine à mi-Juillet 2013! Je peux voir ces photos, même si leur auteur n'est pas dans la liste des personnes que je suis régulièrement.

Je peux faire la même chose sur Twitter depuis Juin 2009 (où les hashtags (en tant que mots clé) sont apparus la première fois), sur Google+ depuis Septembre 2012 et maintenant sur Facebook depuis Juin 2013.

Recherche avec le hashtag

Donc on peut utiliser les hashtags sur de nombreuses applications des réseaux sociaux pour tagger avec des mots-clés, des images ou des posts, des concepts, des idées qu'on veut retrouver... C'est aussi et surtout pour que les autres puissent trouver vos images (ou autres discussions) suivant un mot-clé.

Disons que je suis interessée par les graines de chia, je tape #chia dans le champ de recherche d'Instagram et je trouve des photos de recettes avec des graines de chia et bien d'autres images non interessantes à ma recherche. Si je choisis une photo de smoothie, je peux alors suivre le feed de quelqu'un qui a les mêmes intérets que moi.

Je fais la même chose sur twitter, je cherche #chia, le logiciel me suggère #chiaseeds, et voilà des tweets parlant des graines de chia. En quelques secondes, je trouve même un site web qui vend des graines de chia. Bon il vaut mieux parler anglais puisque le terme cherché suggéré est Chia seeds (graines de chia en anglais).

Sur Twitter, je peux simplement chercher "chia" et je trouve beaucoup d'articles qui contiennent le mot chia mais ne sont pas reliés au sujet des graines de chia. En cherchant #chia, j'obtiens des sujets autour des graines de chia uniquement. Donc le hashtag se révèle bel et bien utile pour ma recherche.

Permettre aux autres de trouver

En tant que compagnie, si quelque chose est publié sur les réseaux sociaux, le fait de rajouter des hashtags (ni plus ni moins que des mots clés précédés d'un dièse) va permettre aux gens de trouver plus facilement.

Disons que je vends des graines de chia, il me suffit de twitter avec le mot #chiaseeds pour être plus facilement trouvable. Encore une fois, ce qui est important ici, est de choisir le bon hashtag (donc le bon mot clé).

Créer un hashtag

Il suffit de prendre un mot et de le précéder par un signe dièse, comme par exemple #piscine, pas difficile et ça peut être amusant. Vous pouvez également créer un hashtag avec plusieurs mots et il est préférable d'écrire le hashtag avec une majuscule pour chaque mot #PiedDansLEau plutot que #pieddansleau.

Vous pouvez consulter ce qui est relié à un hashtag en allant sur le site http://hashtags.org/ et en tapant le hashtag qui vous intéresse. Vous voyez l'utilisation de ce hashtag au cours de la journée (ça fonctionne avec des hashtags populaires), et les hashtags qui y sont reliés.

http://hashtags.org vous permet aussi de trouver les hashtags qui sont populaires. Par exemple, les hashtags populaires dans la catégorie General sont: #news, #love, #photography, #fashion, #health, #fail.


Comme partout sur Internet, le choix des bons mots-clés est la clef du succès. Il existe d'autres sites répertoriant les hashtags comme htpp://twubs.com/ ou

Comment utiliser un hashtag

Sur Twitter toutes les personnes parlant d'un évènement les accompagnent d'un hashtag spécifique, par exemple lors du Montreux Jazz Festival 2013, le hashtag est #MJF13. Pour le trouver, j'ai tapé "Montreux" sur http://hashtags.org et trouvé les tweets actuels sur ce mot clé, avec les feeds dont ils sont extraits.


Sur Facebook je cherche toujours des informations sur les graines de chia. Il faut alors aller sur la page https://www.facebook.com/hashtag/ avec le mot chiaseeds (c'est à dire https://www.facebook.com/hashtag/chiaseeds) où je découvre de nombreuses informations sur les graines de chia. 

En cherchant #chiaseeds sur Facebook, je trouve des compagnies qui vendent des graines de chia. Je découvre très vite de nombreux posts en liaison avec les graines de chia.


En utilisant des hashtags populaires dans vos posts sur les réseaux sociaux, vous pouvez trouver de nouveaux contacts et ainsi améliorer votre visibilité. D'où l'intérêt de bien séparer vos communications privées de vos communications publiques. Pas vraiment d'intérêt d'utiliser un hashtag populaire sur un accompte Facebook restreint à vos véritables amis, par contre sur un accompte professionnel, vous pourrez ainsi accroitre sa visibilité.

samedi 22 juin 2013

Une application pour simplement écrire du texte en ligne

Tout simple et ça peut être utile. Ces applications remplacent le tout simple Notepad qui est sur chaque PC, et sauvent le texte sur le Cloud pour être accessible depuis partout.

Pour ma part, quand je désire éditer un texte et le conserver online, j'utilise un blog privé, sur lequel je regroupe mes idées. Un blog privé est un blog uniquement visible par son auteur ou en collaboration avec d'autres auteurs et uniquement visible par ses auteurs.

Quelques outils permettent d'écrire directement sur une page blanche, et sans angoisse, avec un interface des plus sobres, voir même une simple page blanche:
Les fonctionnalités de ces outils sont les mêmes et extrêmement simples:
  • Sauvegarde sur le Cloud (Google Drive, Dropbox ou celles intrinsèques de l'outil...) 
  • Compte les mots (et les lignes et les lettres pour WriteBox)
  • Organise les articles écrits 
  • garde une version de chaque version stockée (Yarny)
  • Formatage possible mais pas encouragé
J'ai découvert Yarny il y a quelques jours, et je m'en sers surtout pour compter les mots des articles que j'écris. Je viens de découvrir que la longueur d'un article a une influence sur sa bonne lecture. Et donc sur sa bonne diffusion.

Mes articles de blog font en général 500 mots, quelques uns montent à un peu plus de 1000 mots. Un article est considéré long à plus de 2000 ou 3000 mots. Je préfère couper un article trop long en plusieurs parties, plutôt que de publier un article trop long et qui risque de ne pas être lu entièrement. J'apprends, j'expérimente... Quelle longueur d'article appréciez vous le plus?

J'utilise également Yarny pour compter les caractères. Lors de l'élaboration des textes sous chaque image que je Pin avec Pinterest, cette zone de commentaire est limitée à 500 caractères, ce qui est peu quand on décrit une propriété immobilière... Donc yarny me permet d'optimiser l'utilisation de ces 500 caractères. Un outil qui se révèle précieux et peut être utilisé depuis n'importe où sur le web.

Je n'attends pas de cet outil une sauvegarde ultra sécurisée de mes fichiers, mais simplement l'écriture d'un texte impulsif et sans formatage. Comment de tels outils sont-ils capables de générer le moindre revenu? je n'ai pas été dérangée par la publicité et je n'ai rien dû payer...

D'autres outils comme Evernote et Wunderlist, ou même Blogspot, permettent de garder et d'organiser des textes. Ainsi que beaucoup d'autres fonctionnalités qui en font des outils plus complexes.

jeudi 20 juin 2013

Sauvegarde les données Google Reader - Google Takeout

Mon accompte Feedly n'est toujours pas migré sur le nuage Feedly, alors je vais faire une sauvegarde de la liste des feeds que je suis, directement sur Google Reader. Toujours mieux d'avoir une copie de sécurité de ses données, n'est ce pas?

Google a pensé à nous et a incorporé cette option dans le produitGoogle TakeOut (produit de Google Data Liberation Front). Je ne connaissais pas ce service, qui permet de prendre ses données en cas de migration vers un autre service, ou vers un autre accompte de Google. Je pense que ça peut aussi être un bon outil de sauvegarde de vos données Google. Donc à utiliser de toute urgence. Google avait incorporé la possibilité de sauvegarde son compte Reader depuis Février 2013!

Vous pouvez choisir le service qui vous intéresse, en l'occurence c'est Reader.
Il faut redonner son mot de passe à chaque action entreprise.
On crée l'archive en clickant Create Archive,
Clicker Download et choisissez Save File. Soyez patient pour les gros fichiers avant que la fenêtre de dialogue ne s'affiche. On sauve un fichier .zip qu'on peut choisir de garder sur son ordinateur personnel, de sauver sur Dropbox et tout autre moyen de sauvegarde sécurisée utilisé.

Dans l'archive on peut facilement retrouver le fichier qui contient le nom de chaque feed auquel on est abonné, subscriptions.xml. C'est un fichier XML qui peut être lu en texte ou par un browser.



Suivant votre utilisation de Google, ces sauvegardes sont très importantes, étant donné la quantité de données accumulée en terme de photos, de fichiers, de blogs. J'ai fait des archives sélectives suivant le service qui m'interessait. Il est aussi possible de sélectionner tous les services utilisés sur Google et d'obtenir une seule archive globale. Mais la taille du fichier d'archive serait alors très grande (en tous cas dans mon cas).
Attention Google utilise toujours le même nom pour chaque archive générée. Donc renommez la avant de passer au service suivant. Ou choisissez tous les produits dans une seule archive.

J'ai rencontré un problème pour sauvegarde l'archive de mes photos, le fichier n'a pas pu être sauvegardé. J'ai alors fait une sauvegarde partielle avec certains albums. Un fichier de 400MB  provoque déjà une attente concéquente à chaque étape.
Chaque blog est sauvegardé comme un fichier ATOM (fichier web associé à un Atom feed). Ce fichier est à ouvrir avec un lecteur de feed. Attention la sauvegarde de Blogger n'inclut pas les photos.

Voilà vous êtes parés pour sauvegarder la liste de vos blogs favoris. Maintenant commence l'apprentissage du nouvel outil de lecture de feed.

mercredi 19 juin 2013

Google Reader ferme au 1er Juillet - Feedly Cloud - Que faire?

J'ai mis beaucoup de temps à changer de Google Reader à Feedly, même si j'avais expérimenté avec Feedly dès l'annonce de la prochaine fermeture. Les raccourcis claviers m'encouragent dans cette migration, j'utilise beaucoup la touche J et K pour parcourir les articles.

La migration est en cours

J'ai donc ajouté une extension Feedly sous Chrome et sous Firefox pour lire les blogs favoris, sous un format le plus proche possible de Google Reader:

Jusqu'à aujourd'hui Feedly accèdait aux informations de Google Reader. C'était facile à vérifier puisque tout nouveau blog ajouté à Google Reader, se retrouvait sur Feedly. Comme Google Reader va disparaitre, il faut bien que les informations de Google Reader soit une fois pour toute importées sur Feedly, de façon à couper le cordon ombilical. Pour ceci Feedly doit installer du nouveau matériel, non seulement de la capacité de stockage mais aussi de la capacité informatique pour traiter toutes les requêtes des utilisateurs ayant migrés de Google Reader à Feedly.

Pour être sûr de passer sur la version de Feedly, indépendante de Google Reader, il suffit maintenant d'aller sur cloud.feedly.com et de suivre les instructions.

N'hésitez pas à suivre le blog de Feedly pour connaitre les nouveaux développements de Feedly Cloud.

Une nouvelle alternative

Un nouvel acteur dans la lecture des feeds RSS s'annonce: DIGG. Depuis 3 mois sur le blog de DIGG, il est annoncé que DIGG est en train de mettre au point un nouveau lecteur de feed RSS. Ce nouveau produit est  annoncé pour tous le 26 Juin. Il est temps puisque Google Reader ferme au 1er Juillet. Un nouveau site montre tous les programmes alternatifs avec leur popularité relative sur Twitter.

samedi 15 juin 2013

La e-réputation - Le mot clé: le respect

Récemment une histoire m'interpelle: une jeune fille se prend en photo et envoie les photos à son copain. Ces photos très privées ont tôt fait de se retrouver sur d'autres téléphones, puis sur Internet. Chaque personne de la chaine d'évènements ne pense pas à mal, mais les conséquences peuvent être de grande ampleur. Ce genre d'aventure malheureuse arrive souvent, malgré toute la prévention possible.

Je pense important de faire le point sur ce qui constitue une identité digitale et pourquoi il est important de la préserver.

Qu'est ce que c'est?

Si on choisit d'être présent sur les réseaux sociaux, sur Internet, alors on a une e-réputation. Après l'affaire PRISM qui agite les médias, on peut désormais comprendre que tout ce qui passe par Internet est potentiellement enregistrable, et ce par les plus hautes autorités. Rien de ce qui est publié sur Internet n'est anodin, ces informations sont là pour durer. Il suffit de chercher sur les archives d'Internet et je peux retrouver la première version de notre site web en 1995.

Tout ce qui compose notre identité numérique inclut:
  • des photos
  • des vidéos
  • des textes publiés sur des blogs, des sites, ...
  • des commentaires sur des blogs, des réponses à ces commentaires, ...
  • des remarques, des Likes sur Facebook, twitter, Instagram, LinkedIn... et les échanges qui ont suivi
Toutes ces données constituent la présence digitale, la présence d'une personne sur Internet. La e-réputation représente ce que les autres perçoivent de vous, grâce à tous ces éléments.

Comment bien la construire?

Tout d'abord prendre conscience qu'Internet, c'est la vie de tous les jours. C'est la même chose que de parler à son voisin, à un ami, à un collègue ou à son supérieur. Internet n'est pas différent.

Désormais il y a le concept de ce qui est dit ou montré sur Facebook, qui ne nous appartient plus, mais qui est la propriété de Facebook. Cette compagnie a décidé que toute image ou tout texte publié sur son site sera sa propriété, dont elle peut en faire ce qu'elle désire, comme l'inclure dans une vidéo, dans une publicité par exemple. Connaissiez-vous cette politique?

Quand vous envoyez un message à quelqu'un, il faut être conscient qu'il peut être retransmis à toute la compagnie, à vos pires ennemis comme à vos meilleurs amis. Donc n'écrivez rien que vous ne pourriez dire face à face à quiconque. Quand vous entendez la dernière rumeur du siècle, n'écrivez rien que vous pourriez regretter de voir exposer sur la place publique. Quand vous mettez une photo sur Internet (par exemple par Instagram) soyez conscient que cette photo peut se retrouver n'importe où. C'est une règle à respecter pour ne pas se retrouver dans des positions délicates.

En tant qu'adulte, cette règle est facilement comprise, mais nos enfants ne la comprennent pas, jusqu'à ce qu'ils se fassent prendre au piège. Facebook est un outil fantastique mais attention aux mots malheureux et au ton employé. Il est tellement facile d'être mal compris, qu'une parole soit mal interprétée. Pensez à ce que vous diriez à la personne en face de vous quand vous postez sur Facebook ou sur tout site Internet.

Soyez également prêt à recevoir une réponse à vos posts sur Internet. On peut laisser des commentaires sur un blog, on peut répondre à un post sur Facebook, on peut faire un Coeur sur Instagram. Donc soyez prêt à recevoir une réponse désagréable sur un post ou un commentaire négatif sur un article de blog. Il faut y répondre comme si vous aviez la personne face à vous. Et une réponse agressive est loin d'être la bonne! Mais il faut répondre comme vous l'auriez fait si ce commentaire avait été fait lors d'une conversation au milieu d'une foule. Et cette foule ne se limite pas à votre sphère d'amis proches, ça peut être des gens que vous ne connaissez pas, au Canada ou à l'autre bout de la France.

Vos amis sur Facebook, comme dans la vie, sont aussi une indication de votre vie sociale, Vous pourriez être associé à une personne, juste parce que vous avez cette personne sur votre mur d'amis. Le jour où vous vouliez accumuler le plus d'amis possible, vous n'avez pas réfléchi deux secondes pour accepter cette connaissance lointaine, mais aujourd'hui ce n'est peut-être plus justifié. Comme dans la vie de tous les jours, gardez une séparation entre vos amis et vos connaissances.

Une bonne ou une mauvaise e-réputation? Pourquoi?

Tout d'abord pour soi-même personnellement.

Mais pas seulement. Pour le monde extérieur. Par exemple pour donner la meilleure image de soi à un recruteur. La plupart des recruteurs regardent les différentes sources d'informations online comme une des façons de se renseigner sur un candidat potentiel. Un jeune qui arrive sur le marché du travail a laissé de nombreuses traces sur de nombreux sites et réseaux sociaux. Ces traces ne sont pas effaçables. Si on publie une photo amusante de soi à 13 ans, on doit s'attendre à la voir ressortir à 18 ans, ou en être embarassé à 30 ans, et apprendre à vivre avec à 50 ans. La même chose pour un commentaire sur Facebook ou une remarque agressive contre un ancien copain. Raconter son ivresse en uniforme a fait perdre son job à un policier américain. Tout est traçable, donc attention, l'information est là pour durer.


Que faire?

Ne pas avoir de présence digitale. Possible mais difficile. Tout le monde prend des photos de tout le monde. Et tout le monde peut être reconnu et identifié, par exemple sur une photo de Facebook.

Avoir une présence digitale mais bien la contrôler. Etre positif et garder le sourire. Ayez une présence discrète si vous le désirez, ou suivez bien ce qui se passe autour de votre personnalité digitale. Allez sur Google pour chercher votre nom, ou votre pseudo et vérifiez ce qui se dit sur vous. Ayez des mots de passe robustes pour que vos comptes ne soient pas victimes de piratage. Ne révélez pas trop d'informations sur vous sur Internet (ne mettez pas votre réelle date de naissance sur Facebook!). Aux Etats-Unis vous pouvez 'usurper l'identité' de quelqu'un avec son numéro de Sécurité Sociale.

Soyez dans le respect de vous-même,
de l'autre et des autres.
Comme dans la vie réelle. 

PS: Opportunité commerciale pour certains: vous pouvez maintenant souscrire une assurance pour nettoyer vos informations sur Internet! Bonne chance quand les informations sont hébergées ailleurs que dans votre pays d'origine. Ou qu'elles ont été répliquées par de nombreuses personnes, sur de nombreux sites, forums, que l'information est devenue virale.

mardi 11 juin 2013

Personal branding au féminin

Je viens de découvrir un magazine très intéressant Autentik, dont l'éditrice est une femme Asmaâ Lahlou. De nombreuses femmes contribuent à ce magazine et le numéro du mois de Mai 2013 est sur le personal branding ou l'image personnelle telle qu'on la projette sur Internet. En fait c'est l'article de Laurence Galambert de Easy-socialmedia.com qui m'a conduit sur ce site. Je suis son blog et j'aime son écriture légère mais pleine de substances.

Ce sujet est sur ma liste de compétences à acquérir. Le premier article me parle beaucoup: la valeur de la femme après 50 ans. Typiquement le genre de réflexions qu'une femme se pose, quand elle veut reprendre le travail après avoir porté ses enfants et leur avoir donné une bonne dizaine d'années. Je ne me vois pas retrouver une carrière classique avec un manager et une organisation hiérarchique. Créer ma propre structure en collaboration avec d'autres, est une idée autrement plus séduisante. Depuis ce début d'année 2013, j'ai un peu délaissée la couture pour me concentrer sur ces sujets de marketing social et de développement sur Internet. Ce magazine tombe à pic et s'insère parfaitement dans mes réflexions.
 

lundi 3 juin 2013

Elon Musk - Les sites d'informations générales en anglais

Trop d'informations tue l'information, adage trop souvent entendu. Je suis aux anges avec la foultitude d'informations publiées chaque jour, ça me permet de sélectionner ce qui m'intéresse, de choisir ce que j'écoute ou apprends.

Ce matin, pendant que je préparais le jus du matin (ce matin oranges, gingembre, concombre) et les fruits (ananas et mangue), j'ai écouté un homme d'affaires de 41 ans, Elon Musk, un homme qui a fait le succès de Paypal Inc., lancé des vaisseaux dans l'espace, conçu et construit des voitures électriques, et il a de nombreux projets devant lui (Hyperloop...). Ce qu'on lui promettait comme impossible,
il l'a fait, et comme détenteur d'un diplôme de business et d'un autre de physique, il est aux deux bouts de la chaine d'une compagnie. Ne lui dites pas que quelque chose est impossible (comme aller vivre sur Mars) car il poursuivra ce chemin un jour. Pour lui tout est possible, même si le chemin est difficile. Il a beaucoup voyagé dans son enfance, a émigré au Canada puis aux Etats-Unis depuis l'Afrique du Sud, ses parents lui ont permis d'expérimenter, lui ont donné confiance en lui, et aujourd'hui son chemin est plus que passionnant. Son parcours est une inspiration, même si vivre avec lui ne doit pas être facile :-) Encore un homme qui aimerait explorer les autres planètes.

Ce matin, comme tous les matins avant le réveil de la maison, je lis mes messages de la nuit. Je suis tombée sur le message de LinkedIn avec les articles importants du jour. Le titre Too much time on small ideas (et surtout la photo des dinosaures) m'a attiré et c'est ainsi que j'ai regardé l'interview d'une heure d'Elon Musk. J'avais déjà entendu parlé de Tesla Motors et de ses voitures, mais ce matin j'ai eu envie d'en savoir plus. LinkedIn envoie des messages régulièrement avec des pointeurs et j'apprécie ces messages sur des sujets très variés.

Après la messagerie, je regarde les articles du jour précédent sur Feedreader (oui, celui de Google que je n'arrive pas à abandonner même si j'ai installé Feedly) et récemment j'ai découvert le site qz.com qui me semble raconter l'actualité avec une lumière qui me convient.

J'ai découvert le site scoop.it quand j'ai commencé dans le domaine du marketing sur Internet, domaine que je résumerais à appliquer du bon sens et de l'éthique à la publication d'informations sur Internet. Scoop.it m'a permis de rapidement trouver des pointeurs sur ce domaine du marketing digital. J'ai sélectionné des sujets qui m'interessent particulièrement et je reçois un message quotidien.

Mon mari adore le site Reddit.com mais je n'ai pas encore attrapé ce virus. L'information part dans tous les sens, et je n'aime pas le format des commentaires, ainsi que le nombre de commentaires pollueurs. Les sessions avec une personnalité 

dimanche 2 juin 2013

Comment dépasser l'ATS (Applicant tracking system)?

En révisant mon CV, j'ai voulu connaitre les principes importants à respecter pour obtenir un rendez-vous. C'est ainsi que j'ai rencontré le terme ATS, Google m'a proposé plusieurs significations dont Applicant Tracking System, aussi reférencé comme Talent Management Systems (TMS).  Je vous laisse lire mes découvertes dans un article sur le blog de thespirit.tv.

Qu'est ce que c'est qu'un ATS? à quoi ça sert? qui s'en sert? comment on s'en sert?Quels sont les risques/bénéfices d'un tel système? pour la compagnie? pour le candidat?

 

 

lundi 27 mai 2013

Ninite pour installer des applications et les garder à jour sans effort

Je viens de recevoir un nouveau PC, l'ancien fonctionne toujours mais chauffe de façon excessive et le bruit du ventilateur dérangeait mon mari. Alors maintenant j'ai un PackardBell qui a couté 350 francs suisses et semble parfaitement adapté. Donc pour le prix d'un iPad mini, j'ai un nouveau PC! je ne saurai dire si c'est le PC qui est bon marché ou l'iPad mini qui est cher, mais la comparaison est là.

Donc je me retrouve face à Windows8 et à la corvée de réinstaller toutes mes applications favorites. Mon mari m'a recommandé d'utiliser Ninite, et c'est vraiment pratique.


Il suffit de choisir parmi une liste d'applications, de sélectionner celles que j'utilise, Ninite construit un fichier Installer et installe tous les logiciels sélectionnés et se charge même de les mettre à jour quand nécessaire.


Mon PC s'est donc vu doté de plusieurs applications comme DropBox, ou Picasa, en sauvegardant l'installer et en l'éxécutant et sans avoir à rester près de mon PC.


Et tous les logiciels installés par Ninite resteront à jour car Ninite le mettra à jour dès que nécessaire. Vous pouvez faire tourner Ninite plusieurs fois, pour ma part j'avais oublié quelques logiciels importants comme OpenOffice. Vous pouvez donc aussi utiliser Ninite sur des applications que vous avez déjà installé, alors Ninite se chargera seulement de les garder à jour.


Une tranquillité d'esprit pour les principaux logiciels. Mais il me faut quand même installer à la main les autres logiciels comme FastStone Capture.

jeudi 23 mai 2013

Tout savoir sur la marque employeur en 4 étapes

Une série spéciale écrite sur un blog ami
sur le sujet de la marque employeur. Je ne connaissais pas le terme avant de commencer ces articles mais encore une fois, ce n'est rien que du bon sens et un peu de connaissance d'Internet appliqués aux ressources humaines. Actuellement en Suisse, certains secteurs de l'économie ont besoin de se refaire une santé, et les ressources humaines peuvent participer à cet effort. Le concept de marque employeur est tout à fait dans l'air du temps pour un des plus importants secteurs du marché genevois.

La série sur la marque employeur:

N'hésitez pas à visiter ce blog ami et à demander une offre pour mettre en place une stratégie de contenu marketing pour votre entreprise.

Est ce que HootSuite vaut 10 dollars par mois?

Je suis en plein essai de HootSuite.30 jours gratuit pour se familiariser.


C'est vraiment pratique comme console pour suivre l'actualité sur tous mes réseaux sociaux. J'ai ainsi en un écran tous les réseaux sociaux auxquels je suis abonnée. C'est facile de sauter de l'un à l'autre. La réputation de la compagnie est très bonne en ce qui concerne la qualité du service, de la disponibilité et de la facilité d'utilisation.


C'est pratique, mais il manque le réseau Pinterest, et je ne peux pas mettre tous ceux auxquels je suis abonnée puisque la version gratuite est limitée à 5 réseaux sociaux.

Alors la question: est ce que vaut vraiment 9.90 dollars par mois?

Pour HootSuite: Oui mais:
loggue automatiquement et je vois tout de suite où il y a de l'activité.Firefox fait aussi ceci ou alors c'est tout aussi simple avec un logiciel de mots de passe
tous les réseaux sociaux d'un coup d'oeilIl manquera toujours un réseau social comme Pinterest
Beaucoup de fonctionnalités de chaque outilCerrtaines fonctionnalités ne seront pas accessibles à travers HootSuite - Posting on Twitter is not direct (goes through ow.ly)
10 dollars par mois ce n'est pas beaucoup10 dollars par mois c'est beaucoup, et il y a plein d'options payantes. Et il y a tellement d'autres outils, alors attention au coût total.
Possibilité de collaborer avec d'autres utilisateursOui mais 15 dollars par mois par utilisateur supplémentaire
Schedule un article Buffer permet ceci aussi mais c'est plus cher (version payante à 99 dollars par mois!)
Peut utiliser plusieurs accomptes d'un seul réseau socialD'autres outils aussi mais peut être payant (Buffer)
Utilisé par de nombreuses compagnies et semble une compagnie solide (Vancouver)Je suis simplement là pour me distraire sur les réseaux sociaux

Je ne fais pas encore un usage très intensif des médias sociaux, et je leur réserve à chacun une utilisation bien spécifique. Pinterest en guise de bookmark visuel, Facebook pour faire des messages courts avec des amis proches, Twitter, un peu de tout mais surtout de l'écoute de quelques sites appréciés, un peu de doublon par rapport à Facebook, Instagram pour surveiller les photos postées par mes enfants, YouTube pour suivre l'activité de sites particuliers, Google+ pas encore bien cerné.

Donc je vais rester sur mon utilisation de week end tout en sachant qu'un outil solide d'aggrégation existe et pourra me servir quand mon utilisation des réseaux sociaux s'intensifiera. Et les possibilités sont nombreuses et détaillées. Cet outil mérite un autre article sur toute la partie analyse de statistiques.
PS: Un article en anglais sur HootSuite et Buffer en tant qu'outils complémentaires. Dans les commentaires, un autre outil est mentionné Sprout Social.

samedi 18 mai 2013

Un peu de ménage sur un blog établi: les liens cassés

Je viens de relire des articles sur le chlorure de magnésium, écrit en 2008 et 2009, et j'ai trouvé des liens qui ne mènent plus vers une page web valide. Des liens cassés. J'ai commencé mon blog d'opinions en 2005, Internet a bien changé depuis 2005, des blogs/sites ont disparu, ont déménagé, ou simplement ont changé de visuel et de structure.

Alors rien de plus simple, je cherche "dead link checker" sur Google et me voilà avec l'outil idéal pour trouver tous mes liens morts:  Broken link checker.


Une interface dépouillée, il suffit de mettre l'URL de votre blog/site, et l'outil se met en chasse de tous les liens cassés sur votre site. Je viens de commencer il y a quelques minutes et  plus de 1500 pages ont été consultées en trouvant plus de 250 liens cassés.


Donc mon blog d'opinions (ce n'est pas un blog commercial) contient presque 20% de liens cassés. Je ne vais pas corriger tous les liens incorrects aujourd'hui. Mais c'est un constat intéressant et tout de même alarmant.

Ce blog tout récent ne contient heureusement pas de liens cassés!

Sur mes nouveaux blogs et sur le contenu que je publie ailleurs, c'est un excellent outil à utiliser souvent, pour garder la pertinence de l'information publiée. Je peux aussi m'en servir pour alerter mes nouveaux clients sur leur taux de liens cassés.

Depuis le début de l'année, l'outil a ajouté des fonctionnalités suivant de la langue dans laquelle vous publiez du contenu.

L'outil de base est gratuit pour obtenir un diagnostique à la fois. Des services payants supplémentaires sont disponibles.

PS: Update de la soirée, après avoir vérifié vos liens cassés, vous pouvez faire un backup de votre blog, c'est utile et bon à faire régulièrement.

vendredi 10 mai 2013

Des images pour renforcer le message des mots

Quand je publie des articles de blog, il me manque souvent une photo intéressante et percutante, pas simplement un visage souriant ou un champ avec un arbre! Quelles sont les solutions?
  1. ma banque d'images personnelles, mais il y a de nombreuses photographies de mes enfants, donc ce n'est pas exploitable facilement.
  2. des images construites avec Powerpoint ou Paint
  3. des images construites avec des mots avec Tagxedo
  4. une banque d'images payantes comme fotolia (disponible dans toutes les langues) ou Think stock
  5. une banque d'images gratuites comme stock.xchng ou photl.com 
  6. des infographies percutantes mais je n'ai pas un sens artistique très développé!
  7. des screenshots, j'utilse depuis longtemps FS Capture Screenshot et je ne pourrais plus m'en passer.
Les images produites avec Paint dépendent de ma créativité artistique, et je n'en ai pas été pourvue à la naissance alors mes images sont assez ennuyeuses.


 Le site web tagxedo.com est gratuit  et il suffit de quelques clics pour construire une image simple et colorée. On peut choisir les mots à utiliser à partir d'un fichier, d'une page web ou simplement taper une liste de mots, choisir une forme, et une palette de couleurs.

Voilà un résultat tout simple et immédiat avec mes mots.


Concernant les banques d'images gratuites, le choix est ouvert quand la résolution n'est pas trop élevée. Pour publier des articles sur le blog, je me contente de prendre des images de taille moyenne (environ 500-600 pixels de large) donc la résolution peut être faible sur des images de cette taille là. L'image n'est là que pour renforcer la message écrit.

Sur la banque d'images photl.com pas de soucis je peux télécharger des images simples. Par exemple en choisissant un mot (en anglais) je trouve une image qui me plait, je peux alors choisir
Et un choix de photographies semblables est encore proposé:

La seule restriction trouvée est de ne pas utiliser plus de 10MB d'images par jour, ce qui avec une résolution modeste devrait répondre à mon utilisation. Il ne faut pas utiliser ces images pour des activités payantes - un blog est un espace de partage libre donc non payant.

Alors entre tous ces outils, je devrais pouvoir trouver des photos pour mes articles de blog, sans avoir à payer.

jeudi 2 mai 2013

Zapier pour coder des règles

Je vous ai déjà parlé de IFTTT qui permet de mettre des règles du style

If this then that

comme cette règle que j'utilise pour poster automatiquement un post sur facebook à chaque article publié sur un de mes blogs.
Une restriction me gène, je ne peux faire qu'une seule définition d'un blog pour publication automatique sur facebook, alors que j'ai au moins 3 blogs actifs.

Je viens de découvrir un nouvel outil Zapier qui permet la mise en place de règles, mais l'outil est nettement plus complet. De nombreux interfaces avec de nombreux outils existent. Des outils dont je n'ai jamais entendu parlé. C'est très interessant et prometteur pour trouver des synergies intéressantes.

Par contre, il est nettement plus complexe à utiliser et je mets du temps à rentrer dans la procédure de codage des règles.

J'ai bien défini quelques accomptes pour utiliser dans des Zaps
J'ai même pu définir un Zap pour me prévenir quand une nouvelle vidéo d'un auteur spécifique apparait. (Live Zaps)


Par contre impossible de mettre en place le Zap qui publie automatique un post sur facebook à chaque nouvel article publié sur mon blog d'opinions. (Paused Zaps)




Je n'arrive pas à mettre en place la définition de l'accompte pour le feed RSS de ce blog. J'ai bien le nom correct du feed de mon blog mais je ne comprends pas ce qui m'est demandé pour la Page, et pas de Help sur ce champ. En y rentrant le nom de mon blog, ça semble débloquer les choses mais le test de publication ne passe pas et une erreur m'est retournée:
J'ai beau refaire la définition de mon accompte facebook, pas de succès. Donc là c'est un peu compliqué à mettre en place. Et je me décourage.

IFTTT 1 - Zapier 0

samedi 27 avril 2013

Comment trouver l'URL du feed RSS d'un site (blog)?

Il suffit d'aller dans le code source du site web en question (CTRL-U sur Firefox), et de chercher (CTRL-F) le mot "RSS", vous trouverez l'URL de cette page web.
Par exemple pour ce blog, l'URL du feed RSS est
http://socialsurleweb.blogspot.com/feeds/posts/default?alt=rss

mardi 9 avril 2013

Comment stocker mes mots de passe?

En jouant avec IFTTT, je me rends compte que la gestion des mots de passe est vraiment très délicate quand on commence à s'investir dans les réseaux sociaux. Bien sûr, on peut toujours remettre un nouveau mot de passe, mais le nombre de services différents rend la procédure lourde. Qui n'a jamais écrit ses mots de passe, avec le nom du service correspondant, avec ou sans le nom d'utilisateur? Mais où l'écrire:
  • un morceau de papier
  • une note sur son téléphone portable
Mais que se passe-t-il si on perd cette pièce d'information? Genre morceau de papier dans le portefeuille volé dans le train, ou le téléphone happé dans la gare. On a tout perdu et on est bon pour changer tous ses mots de passe.

Alors pourquoi ne pas essayer:
  • un document sur Google Drive ou Dropbox ou Evernote avec juste le nom du service et le mot de passe. On peut facilement retrouver le nom d'utilisateur dans sa messagerie.
  • sur un browser comme dans Firefox ou Chrome, mais que se passe-t-il quand je suis sur Safari sur iPhone ou iPad?
 Avec ma méthode habituelle, j'ai deux problèmes:
  • j'utilise le même type de loginid ou d'email de contact, je ne pense pas avoir trop de problème de ce coté-ci, puisque ça me permet une certaine cohérence sur Internet.
  • j'utilise un mot de passe très similaire sur de multiples services. Mais si un service plus faible en sécurité est cracké (du style ce service qui envoie les mots  de passe en clair dans un email de confirmation!), alors je suis exposée à avoir des problèmes de sécurité sur d'autres services. Donc il me faut trouver une meilleure solution.
Alors la meilleure solution sera un stockage online de mes noms d'utilisateur et mots de passe avec un outil digital. Je travaille aussi bien sur PC, que sur iMac que sur iPad et iPhone et iPod. Donc il me faut un outil portable sur toutes ces plateformes, et si ça inclut Unix, ça ne pourra être que mieux.

Voici quelques outils (la liste n'est pas exhaustive, loin de là):

LastPass 
  • multi plateformes
  • gratuit (12 dollars par année pour du support et pas de publicité).
  • Les mots de passe sont stockés sur les serveurs de LastPass. Il y a eu une faille de sécurité sur les serveurs de LastPass en 2011, il n'a pas été prouvé que des mots de passe aient été compromis.
  • LastPass Pocket pour avoir une copie locale de vos mots de passe au cas où les serveurs de LastPass soient inaccessibles.
  • Support des langages nationaux sur le site web.
1Password
  • multi plateformes mais pas Unix
  • gratuit pendant 30 jours et ensuite une license pour 49.99 dollars
  • Les mots de passe sont stockés dans une base de données locale. On peut choisir de synchroniser cette base de données sur une plateforme comme Dropbox, mais si votre accompte Dropbox  est compromis...
  • Possibilité de générer des mots de passe robustes (et de les sauver dans la base de données)
Passpack
  •  multi plateformes mais pas Unix
  • gratuit pendant un utilisateur simple et prix mensuel suivant utilisation (indépendant, groupe, compagnie...). Gratuit jusqu'à 100 mots de passe, et 18 dollars par année jusqu'à 1000 mots de passe.
  • Partage d'informations spécifiques à travers différents utilisateurs.
RoboForm
  • multi plateformes
  • gratuit pour 30 jours puis 9.95 dollars par an pour certaines plateformes et plus pour d'autres options.
  • Les mots de passe sont stockés localement dans une base de donnée.
KeePass
  •  multi plateformes
  • open-source et gratuit
  • Les mots de passe sont stockés localement dans une base de donnée.
Donc le principe de tous ces outils permet de stocker tous vos mots de passe en un point central, sécurisé par un mot de passe unique. Ce point central est soit sur votre ordinateur, soit sur un serveur (celui de l'outil ou Dropbox).

Une question subsiste, mais je ne trouve pas la réponse facilement: que se passe-t-il si je perds mon mot de passe maître?

Mon coeur balance entre LastPass, qui semble dominer le marché et dont l'interface est éprouvé, et KeePass, qui est open source et gratuit. Je vais donc tester chaque outil avant de délivrer mon verdict, mais si vous avez une opinion, n'hésitez pas à me laisser un commentaire.

vendredi 5 avril 2013

IFTTT très utile pour ceux qui bloggent

Quand on blogge souvent, il est des manipulations qu'on oublie facilement, comme publier le dernier article sur facebook ou twitter. Il y a bien un bouton en bas de son article tout beau et tout neuf, mais dans la frénésie de l'action, on l'oublie.

Alors je viens de trouver un outil IFTTT. Son slogan est

IF this THEN that

Traduction pour ceux qui n'ont jamais programmé: si cette action alors faire ceci.
Et c'est vraiment très simple à mettre en place. il suffit de crééer son compte et de suivre les écrans qui défilent pour crééer une règle.

Ma première règle

 

Facile à comprendre: quand je publie sur mon blog de couture, alors je publie directement et automatiquement sur mon compte Facebook. Et croyez-moi, cette seule règle va me sauver du temps, et surtout je n'oublierai plus de publier mes articles de blog sur Facebook.
Une limitation tout de même, puisque je ne peux définir qu'un seul blog Blogger sur mon compte. Donc si plusieurs blogs, alors créér plusieurs comptes :-)


La majorité des réseaux sociaux sont possibles, ainsi que les sauvegardes sur Dropbox ou Evernote. Je n'ai pas encore testé mais on peut aussi contrôler des prises électriques par téléphone, grâce à un outil adapté Wemo de Belkin.

Un blog permet de suivre les réalisations d'autres personnes ou même de compagnies avec cet outil. N'hésitez pas à essayer et à me raconter vos expériences.

Je viens de faire une nouvelle règle

Donc il me suffit d'envoyer un email depuis l'adresse connue par IFTTT sur l'email trigger@ifttt.com pour publier sur ma pages Facebook. Le seul problème semble être les caractères nationaux, le caractère "ê" n'est pas passée et a carrément été omis dans le post Facebook, ca semble venir du service de IFTTT puisque je peux mettre un "ê" sur Facebook.

dimanche 24 mars 2013

Les outils que j'utilise - Présentations dans un document: slideshare

Il est facile pour certains de produire des présentations avec Microsoft Powerpoint ou OpenOffice Impress. Mais c'est encore un autre chose de la publier et que d'autres puissent la regarder aisément. Sans se poser la question d'obtenir le logiciel nécessaire pour le visualiser.

Alors comment faire pour que tous puissent la regarder avec un simple browser web?

J'ai découvert Slideshare (appartenant à LinkedIn) sur plusieurs blogs. J'ai créé mon compte, téléchargé ma première présentation pour tester et parfait la présentation était prête à la visualisation. Très simple à faire, et vraiment pratique pour regarder.

Alors j'ai fait une présentation pour comprendre qui enregistre et qui définit les noms de domaine, question hautement importante sur Internet.



Contenu: Agrégation vs Curation vs Création

En français (et bien sûr en anglais),  je vois souvent ce terme de curation dans le contexte de génération de contenu. Un article en anglais de Jessie Zubatkin m'explique enfin les subtiles nuances utilisées en marketing du contenu.

 L'agrégation d'informations consiste à faire la collecte d'informations de façon exhaustive (enfin ce n'est pas vraiment possible aujourd'hui!) sur un sujet, une personne, un livre, un domaine, ... C'est généralement effectuée par un robot, une machine, un serveur... il n'y a pas de commentaire, ni de structure particulière. C'est similaire aux résultats que retournent un engin de recherche.

Je me rappelle encore le début du WWW, en 95 (les débuts d'Altavista), où les fournisseurs d'accès étaient à la recherche de sites web interessants à mettre sur quelques pages web pour leur clients, Internet était alors principalement utilisé pour la messagerie. (ci contre une page de fin 97 (avant Google) avec des pages thématiques regroupées par la webmaster, espérant générer du trafic sur le site du fournisseur d'accès. Il était beau le logo.)

La curation d'informations n'est autre que la collecte d'information sur un sujet donné par quelqu'un. Ca peut être une bibliographie pour un document scientifique, ou alors une recherche par un collégien qui a un exposé à faire sur Jules César pour lundi, et qui panique ses parents le dimanche soir! Donc il y a sélection de documents appropriés et  ciblés pour une utilisation particulière.

Entre nous ce terme de curation n'a rien de français, et est directement emprunté à l'anglais. Ne disions-nous pas recherche documentaire dans le temps? En fait le terme vient du mot anglais "curator" qui signifie gardien de musée et des oeuvres qui y sont gardées. On voit aussi le mot curateur qui désigne aujourd'hui la personne qui fait de la curation, et qui partage le résultat des ses recherches.

La création est bien connue de tous les bloggueurs, pour la publication d'articles intéressants et captivants. Evidemment il faut la belle photo qui décrira bien le sujet de l'article, (qui fait partie de la curation :-)) et le texte léger et piquant pour retenir l'attention du lecteur. Ce lecteur qui ne passera pas plus de 3 minutes sur ce patron de couture qui m'a pris plus de 2 jours de travail pour arriver à un résultat médiocre aux yeux de tous, mais oh combien précieux aux yeux de sa créatrice! (tout le contraire de ce que l'on désire n'est ce pas?). Bon peut-être pas puisque c'est l'honnêteté qui prime aujourd'hui...

Il est bon de combiner l'aggrégation (l'utilisation d'un robot de recherche) avec la curation (la sélection ciblée de contenus sensés) pour permettre la création de contenus de qualité. Mais la petit histoire qui apprend quelque chose et qui divertit l'audience, fera la réputation du bloggueur.